• Une vie sociale réduite [Kotomi, Shido][Lemon]


    Jeudi 30 Avril 2015 à 19:14
    eeeeee

    (Le petit lemon sera indiqué par la petite étoile.)

    Kotomi :

    J'étais particulièrement heureuse à l'idée que Shido vienne chez moi. Je n'avais pas vraiment rangé, j'avais simplement fermé mon bureau à clef. Ce bureau, je le fermais à chaque fois qu'il venait et ce, depuis quelque temps. Il n'était pas dur de deviner ce que je cachais.

    Je sortais mes petits biscuits du four, et préparai un cappuccino ainsi qu'un thé à la pomme. Le tout posé sur la petite table du balcon, on s'assit et pour ma part, non sans une certaine excitation.

    "Kotomi, je voulais te poser une question..."  murmura-t-il.

    "Oh ! Quelle est-elle ?"  m'enquis-je.

    Son regard se posa sur son cappuccino et sa voix baissa d'un ton.

    "Qu'est-ce que tu fais quand je ne suis pas avec toi ?"

    Je baissai également mes yeux, fuyant toute confrontation avec ses orbes noisette. Tu sais bien que quand tu n'es pas avec moi, je n'ai aucune raison de faire quoique ce soit. C'était ce que j'aurais aimé lui dire. Ce que je faisais ?

    "Je... Tu sais, je joue du piano, du violon, je dois aussi m'entraîner au chant... Aussi je dois gérer l'académie..."  balbutiais-je, sachant que je n'étais pas vraiment crédible.

    "Ne me mens pas ! Je considère tes efforts pour l'académie, mais tu n'as jamais été du genre à t'entraîner régulièrement, quel que soit le domaine."

    Je fus incapable de répondre, et lui marqua une pause. La vérité, c'était que je m'isolais de plus en plus. Je passais mon temps libre dans ce bureau. Je ne faisais que manger des cochonneries devant mon ordinateur, chanter quelques chansons avec mon micro. Puis surtout, je fantasmais sur cette masse de photos de lui sur mon ordinateur. J'ai même honte de penser que je ne faisais pas que les regarder ; j'avais terriblement faim de lui.

    "Tu ne voudrais pas te faire des amis ? J'ai cru comprendre que t'étais fâchée avec Asura."  reprit Shido.

    "Je n'ai pas besoin d'amis, Shido." soufflai-je immédiatement.

    "Et tu n'as pas besoin de moi ?"  Il fronça les sourcils.

    "Oh que si ! C'est différent avec toi !"

    Réalisant que je m'étais offusquée, je sentis mes joues chauffer un peu. Baissant la tête et le regardant en levant les yeux pour voir sa réaction, je l'entendis faire un Mmh puis je vis un petit sourire sur son visage. Me sentant un peu coupable, je bus vite quelques gorgées de mon thé.

    Je sentis néanmoins une sensation m'envahir. Je voulais m'amuser et passer mon stress en riant. Pour ce faire, je me levai, pris la main de Shido et l'emmenai dans ma chambre.

    Shido :

    Je me laissais faire jusqu'à ce que je me rende compte qu'elle m'entraînait dans sa chambre ! Sa chambre, où son odeur si indescriptible emplissait ses draps aussi doux que sa peau de bébé ! Je me sentis plaqué dans ce lit moelleux et immense.

    Ses yeux se sont plissés et un sourire mesquin s'est dessiné sur son visage.

    "Prépare-toi à souffrir." Elle me narguait. Je compris immédiatement ses intentions.

    "Toi de même."

    On resta un long moment immobiles, pour voir qui allait attaquer le premier. Ce fut moi, et je savais parfaitement où elle craignait les chatouilles : sur le ventre. Elle riait tellement qu'elle en pleurait, et elle était tellement désespérée qu'elle me mordait le cou pour me faire partir, sans penser une seconde que ça me faisait un effet, et pas celui de la douleur, ni du rire.

    Notre petit jeu s'arrêta quelque temps après. Nous étions essoufflés tant nous avions rigolé. Nom d'un kami, qu'est-ce que je pouvais apprécier les moments comme ceux-ci. Je tournai la tête vers ma tendre princesse pour voir si elle aussi, elle était épuisée.

    Smack !  Elle venait de déposer un baiser sur mes lèvres. On venait de s'embrasser ! On venait de s'embrasser... J'étais terriblement surpris et cela m'avait embarrassé. Je devais me reprendre ! Elle n'a sûrement pas voulu m'embrasser sur les lèvres, elle n'a simplement pas vu que je me retournais et elle avait l'intention de me faire un bisou sur la joue. Bisou sur la joue ou sur les lèvres, c'était louche à mes yeux. Est-ce qu'elle... me considérait vraiment comme son meilleur ami ? Je ne pouvais m'empêcher de penser à la manière dont elle traitait les autres et pourtant, elle semblait si sincère avec moi. Comme si elle revivait, comme si elle était elle-même.

    Le rouge aux joues, je me sentais brûlant. Avant de voir son visage, mon regard parcourait de haut en bas sa silhouette, couchée sur le côté, en face de moi sur ce lit : Sa jupe laissant voir ses magnifiques formes de hanche, sa main agrippant sa couverture, le col de son haut découvrant sa ligne de décolleté et surtout ce visage gêné et embarrassé.

    Kotomi, fais-moi vite sortir de ton appartement avant que j'aille plus loin.

    Je ne savais plus quoi faire, d'habitude nos petits jeux de chatouilles ne tournaient pas comme ça. Je sentais quelque chose chauffer plus bas, et Kotomi baissa ses yeux en direction de cette chose. Je pense qu'elle était tellement fatiguée intellectuellement par la complexité de cet instant qu'elle haletait.

    *

    Elle devait faire la chose la plus honteuse de sa vie, car, rouge de honte, elle remonta sa jupe sous mes yeux, et je fus intérieurement ravi de constater qu'elle était trempée. C'était vraiment étrange comme moment, je sentais le rythme de mon coeur battant s'accélérant, pour sans doute synchroniser avec le sien. Ma main bougea d'elle-même pour effectuer une pression sur cet endroit : elle gémit en fermant les yeux.

    "Kotomi, je..."  Elle m'avait coupé la parole en mettant sa main sur ma bouche.

    Ma main bougeait désormais d'elle-même, stimulant d'abord son clitoris. Son intimité était mouillée, je me demandais depuis quand. J'effectuais des cercles sur ce point sensible et ses gémissements n'en devenaient que plus aigus et plus érotiques.

    Nous ne réfléchissions plus ; elle passait sa main dans mon pantalon pour faire des va-et-vient sur mon sexe. Nom d'un kami, qu'est-ce que j'avais rêvé de ce moment... Je me laissais toucher et fus forcé de constater qu'elle faisait ça comme une experte. Je prenais du plaisir, sentant quelque chose monter en moi... et j'insérai deux doigts dans l'intimité de Kotomi. Elle en cria de plaisir, et se vengea sur son affaire en augmentant la pression de sa main, ce qui ne me laissait pas indifférent, je murmurais son nom tout comme elle murmurait le mien avec extase. Mes murmures devenaient des râles, les siens devenaient des halètements. Je sentais que j'avais touché un point sensible de sa zone intime, elle s'était cambrée et laissait traîner de plus en plus mon nom, quand elle le haletait. C'était drôlement plaisant.

    "Kotomiii... J-je vais... "  soupirais-je.

    "Ah !! Ah !! A...Ahh~ Shi...Shido ! Shido ! Sh-Shido... Ah !"

    Elle pompait avec ses mains de manière divine, tandis que moi je me sentais venir et je voyais bien qu'elle était sur le point d'avoir un orgasme. Je ne connaissais pas ce côté de Kotomi. Mes mouvements s'accéléraient, les siens aussi : l'orgasme ne tarda pas à nous frapper, chacun. Elle se cambra en criant une ultime fois mon prénom, ses fluides coulaient sur ma main alors que la sienne se tâchait de substance blanche.

    *

    Kotomi :

    Sa main se retirait de ma culotte. Les spasmes ayant secoué mon corps m'avaient affaiblie, je tentais de reprendre mon souffle. Durant cet instant, je n'avais pas réfléchi. Je donnerais n'importe quoi pour revivre à l'infini ce genre de moments. C'était, comment dire, tellement meilleur que quand je le faisais moi-même. Je n'arrivais toujours pas à croire que nous étions là, dans mon lit et que nous nous étions touchés. Nos regards venaient de se croiser ; par simple timidité je me relevai en remontant ma jupe. Shido avait depuis un moment refermé son pantalon.

    "Shido, tu devrais y aller. Il se fait un peu tard."

    Il acquiesça et se releva, lui aussi. Nous étions tous les deux ravagés par l'embarras. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser que ce moment était vraiment délicieux, même en supposant qu'il n'avait pas de sentiments amoureux pour moi.

    Il me fit un signe de la main et partit, un peu dans sa bulle. Le son de la porte ayant résonné, je me levai pour ouvrir une fenêtre encore tremblante.

    "Ha ha ha ha ! Je l'ai fait ! On l'a vraiment fait ! Pour de vrai ! Ha ha ha !"

    Mes rires devenaient des pleurs ! J'étais tellement émue et déboussolée que je me retrouvais à crier ma joie, seule, le visage inondé de larmes, un grand sourire et mes joues rouges.

     

     

    Dimanche 3 Mai 2015 à 18:24
    Yumiji

    (olalalaaaaaaaaaaaa...Nan j'déconne xDD Puis j'suis pire moi...Non, franchement c'était bien fait ;D)

    Dimanche 3 Mai 2015 à 18:38
    eeeeee

    (Oh, euh merci .///.)

    Dimanche 3 Mai 2015 à 18:43
    Yumiji

    (si tu veux tu peut t'aider de ce blog : http://x-natsu-lucy-love-x.skyrock.com/4.html Il y'a des passages lemons très bien descrits xD)

    Dimanche 3 Mai 2015 à 18:47
    eeeeee

    (C'est gentil, mais j'ai moi aussi mes sources, je dévore des tonnes de lemon xD)

    Dimanche 3 Mai 2015 à 18:51
    Yumiji

    (MONTRES *OOO*)

    Dimanche 3 Mai 2015 à 18:53
    Macchan de la Lune

    ( Digne de toi Kotomi ♥ :D ( J'ai à moitié lu après la petite étoile. Dès que j'ai vu le mot clito*** je me suis arrêtée ^.^'' )

    Dimanche 3 Mai 2015 à 18:54
    eeeeee

    (Humm... Du Rin x Len, ça te va ? *-*

    Et y'a 7 chapitres, que des lemons !! *Q*

    https://www.fanfiction.net/s/8293078/1/Rin-et-Len-One-Shot

    Quel dommage Choco ♥ Mais merci~  )

    Dimanche 3 Mai 2015 à 18:58
    Macchan de la Lune

    ( C'est pas toi, c'est moi qui suis trop sensible. Je préfère le Yaoi, car le lemon ne m'enchante pas toujours. Mais beau texte tout de même ;D )

    Jeudi 14 Mai 2015 à 18:36
    Dreamy ♥

    (Déja tout lu :'( Autre s'il te plaît *o*)




    Vous devez être membre pour poster un message.